Les réfugiés politiques à Tournai: notre devoir d’humanité

De retour de vacances, j’ai parcouru les journaux que mon voisin a gentiment gardés pendant deux semaines. L’actualité qui a défrayé la chronique cet été à Tournai : les 530 réfugiés politiques qui sont attendus à la caserne Saint-Jean d’ici à la fin de l’année. J’ai eu honte en lisant les premières réactions de mes concitoyens et des responsables politiques. J’ai même eu la nausée en lisant les commentaires sur les réseaux sociaux des journaux en ligne auprès desquels j’ai complété mon information. Les journalistes de la RTBF radio se sont même fendus d’un communiqué sur leur page Facebook pour prendre distance avec ce qu’ils lisaient sur leur site ou entendaient sur leur antenne.

J’ai pensé à mon ami syrien et à sa famille qui nous ont reçus, mon épouse, mes deux enfants et moi, comme des princes lors de notre passage à l’ouest de Londres, où ils habitent, lors de nos deux derniers jours de vacances en Grande-Bretagne. Que penseraient-ils, que diraient-ils s’ils lisaient la haine qui sévit sur le web à l’annonce de l’arrivée des réfugiés, parmi lesquels très certainement un très grand nombre de leurs compatriotes qui ont fui la guerre? J’ai honte pour eux. J’ai mal pour eux.

Continuer la lecture de Les réfugiés politiques à Tournai: notre devoir d’humanité

Pas facile de se choisir un avenir quand on a 17 ans…

Samedi, je me suis rendu au salon d’information sur les études et les professions (Siep) de Tournai avec ma fille. Valentine est en cinquième année. L’heure des choix approche. Nous sommes passés par le stand de la faculté de médecine de l’Université de Mons, par celui de l’Université Libre de Bruxelles pour les lettres et le droit et enfin par celui de l’Université de Louvain pour la philologie romane et les sciences politiques. Vaste palette. Mais Valentine a encore une bonne année pour choisir, même si je sens que la philologie romane et la médecine tiennent la corde pour l’instant. La littérature ou les sciences? Il va falloir choisir. Continuer la lecture de Pas facile de se choisir un avenir quand on a 17 ans…

Un samedi après-midi sur le périphérique de Lille, un jour de misère ordinaire…

Un samedi après-midi, sur le périphérique de Lille. Un ciel bas et plutôt gris. Direction: Euralille, un temple de la consommation. Sortie Lille-Flandres. Une longue boucle pour sortir de l’autoroute. Une longue file aussi. Les voitures avancent lentement, à pas d’homme. Soudain, à la fin du virage, une petite fille aux cheveux bouclés. 8 ou 9 ans pas plus. Elle tend la main machinalement, frappe parfois à une vitre. Elle attend une pièce. Sans sourire, sans un véritable regard. On sent l’habitude. La routine de la misère.

Continuer la lecture de Un samedi après-midi sur le périphérique de Lille, un jour de misère ordinaire…

Ma grand-mère est éternelle

En débarrassant une armoire, dans la perspective de travaux de peinture à la maison, j’ai retrouvé de vieilles photos et d’anciens articles. Parmi les documents: un texte que j’ai rédigé au décès de ma grand-mère maternelle. Cela fait dix ans cette année. Je voudrais vous le faire partager tant cette femme, qui parlait peu pourtant, était formidable:

« C’est une page de mon enfance qui s’est tournée avec le décès de mon dernier grand-parent. Mémère Elsa, comme la famille l’appelait, est allée rejoindre Pépère Auguste, un jour gris de septembre. Elle avait 93 ans, mais elle est toujours restée fidèle à l’image que je m’étais forgée d’elle dans la force de l’enfance. C’était une grand-mère rêvée pour tous les gamins du monde: disponible, souriante et apaisante. Je la vois encore, sur le pas de sa porte, dans son tablier à carreaux bleus, nous saluer mon frère et moi, après quelques jours passés chez elle. Elle avait de l’élégance, ma grand-mère, le regard clair, le sourire franc et le buste droit.

 

Continuer la lecture de Ma grand-mère est éternelle

Lapins plus forts que la Nintendo DS

 

En à peine un mois, nous avons perdu les trois derniers lapins qui nous avions à la maison: la maladie, le froid, la vieillesse? Je n’en sais rien. Mais toujours est-il que les enfants, même adolescents, en ont éprouvé du chagrin. J’ai retrouvé un texte que j’avais écris à la naissance de deux de nos trois lapins. C’était il y a cinq ans : Valentine nous tannait pour avoir une Nintendo DS.

Voici le texte qui a été publié dans les « Propos du Dimanche » (Nord Eclair) du 18 mai 2008, sous le titre « Lapins plus forts que la Nintendo DS »:

Continuer la lecture de Lapins plus forts que la Nintendo DS

Je le confesse: j’ai eu Mgr Léonard comme prof

propos.jpgJe l’avoue comme d’autres avoueraient probablement une maladie honteuse: j’ai eu Monseigneur André-Mutien Léonard comme professeur lorsque j’étais étudiant à l’Université (Catholique, oserais-je l’écrire) de Louvain. Et je vous dois un autre aveu coupable: j’ai plutôt un bon souvenir de celui qui est aujourd’hui cloué au pilori pour ses positions (j’ose encore) à propos des homosexuels.

J’ai suivi deux de ses cours: philosophie morale tout d’abord. Je vous l’assure: il n’a jamais dit ce qui était bien ou mal à propos des plaisirs de la chair. Celui qui n’était pas encore archevêque de Bruxelles-Malines était un excellent pédagogue, très drôle même. Et, exploit pour un prof qui donnait souvent cours tôt dans la matinée, il était rarement « brossé ». Il a réussi à rendre passionnant des philosophes comme Husserln, Merleau-Ponty, Kierkegaard, Bergson et évidemment Saint-Augustin, dont les lectures sont pour le néophyte plutôt indigestes. Comme je kotais dans le quartier du séminaire Saint-Paul, où il logeait, il m’arrivait de le suivre, à distance respectueuse, pour me rendre à l’auditoire où il dispensait ses cours. Dans les dédales de Louvain-la-Neuve, je le surprenais très souvent d’humeur guillerette (je n’ose pas écrire gaie). Il chantonnait toujours ce que je devinais être du grégorien. En tout cas, ce n’était pas du Johnny.

Continuer la lecture de Je le confesse: j’ai eu Mgr Léonard comme prof

Lettre au frustré qui me suivait en voiture

 

Monsieur,

monsieur parce que bien sûr, vous êtes un homme. Seul un homme peut se conduire (et conduire) ainsi. Vous avez déboulé dans ma vie, un soir d’été, sur une petite route de campagne du Tournaisis. Déboulé, c’est le mot qui convient. Je ne sais rien de vous. Je ne sais même pas comment vous êtes physiquement. Je n’apercevais qu’une partie de votre visage dans le rectangle de mon rétroviseur. Mais je pouvais lire votre rage, parce que sans doute, je ne roulais pas assez vite, parce que vous ne pouviez pas me dépasser. Trop de virages, trop de montées et de descentes, trop de véhicules qui arrivaient dans l’autre sens. Alors vous m’avez collé l’arrière-train, puis allumé vos gros phares. J’ai cru, tellement vous rouliez près, que vous alliez monter sur mon pare-chocs. Je ne sais pas pourquoi vous étiez pressé: une copine à voir, un rendez-vous professionnel à ne pas manquer? Je me suis même mis à accélérer légèrement. Peut-être aviez-vous une bonne raison de vous comporter ainsi, comme une urgence à l’hôpital? Mais lorsque la route est soudain devenue libre, vous êtes resté collé à ma voiture comme une sangsue. J’étais devenu l’objet de toute votre frustration, l’escargot à écraser, le lambin à éradiquer, le gêneur des routes à éliminer…

serdu.jpg

Continuer la lecture de Lettre au frustré qui me suivait en voiture

Lettre à mon fils que j’ai failli oublier

Mon petit Max, tu es avec ta sœur ce qui m’est le plus cher, mais pourtant un jour, j’ai failli t’oublier. Ou plutôt j’ai cru t’avoir oublié un matin, dans ton lit, alors que tu avais à peine six mois. L’angoisse est montée d’un coup, comme la vague d’un tsunami, en fin d’après-midi, à l’heure du bouclage, entre un reportage et un coup de fil passé à un collègue: plus moyen de me souvenir si je t’avais bel et bien conduit à la crèche, comme tous les jours au matin. Je ne me rappelais plus si j’avais posé les gestes habituels: te sortir du lit, te donner ta première panade, te changer, te confier Mickey en attachant le maxi-cosy sur le siège arrière avant de prendre la route jusqu’à la rue de l’Amour, la bien nommée, où se situait ta crèche. Continuer la lecture de Lettre à mon fils que j’ai failli oublier

Quand les préjugés vous rattrapent…

Préjugé, “ Croyance, opinion préconçue souvent imposée par le milieu, l’époque, l’éducation; partis pris ”, dit la définition la plus courante du Petit Robert. Qui n’a pas de préjugés? Qui n’en a jamais eus? Présomptueusement, j’ai toujours cru que je n’en avais pas, jusqu’à un malheureux accident de voiture, dont j’ai été la victime il y a quelques années. J’ai toujours mis un point d’honneur à ne pas juger les gens sur leur apparence vestimentaire, leur couleur de peau et surtout, sur ce que les autres disaient d’eux. Je ne crois pas du tout à l’expression “ la première impression est la bonne ”. Mais les préjugés sont sournois. Ils vous envahissent insidieusement depuis l’enfance, sans que vous ne vous doutiez de leur présence, comme un serpent qui glisse lentement vers sa proie. Ils se nourrissent à votre insu de propos badins, de conversations de cafés du commerce et de mots (ou maux) que l’on croit sans importance.

serdu2.jpg

Et les préjugés surgissent au moment où vous vous y attendez le moins, lorsque l’attention se relâche. Ils m’ont surpris un matin le long des boulevards de Tournai alors que je conduisais ma fille à la crèche. Un véhicule m’a coupé la priorité à la hauteur de la clinique Notre-Dame. Le choc fut d’une telle violence que l’autre voiture fut propulsée l’autre côté de la chaussée. Par chance, il n’y avait que des dégâts matériels. L’autre conducteur, un homme âgé, s’en est sorti avec une légère coupure à la joue et moi, avec un saignement de nez. Bien calée dans son maxi-cosy, ma fille en a été quitte pour des pleurs. Sur le coup, j’étais sonné. La circulation était dense, mais aucun automobiliste ne s’arrêtait. Certains ralentissaient, mais poursuivaient leur route, une fois leur curiosité satisfaite. Une seule voiture s’est finalement arrêtée de l’autre côté de la route. Des bagages, des cartons et un matelas garnissaient la galerie et l’arrière du véhicule était aussi chargé. A son bord , une famille maghrébine qui gagnait l’Afrique du Nord pour les vacances. Le conducteur, un homme affable, m’a rassuré. Il a même pris ma fille dans ses bras pour la calmer avant de la confier à son épouse, dont la tête était couverte du foulard traditionnel. Ils avaient pris des risques en traversant la chaussée pour s’inquiéter de notre sort. Je leur en étais reconnaissant. A l’arrivée de la police, la famille reprit immédiatement la route. J’aurais voulu les remercier plus longuement, mais ils avaient l’air pressé.

Pour dresser le constat, la police demanda mes papiers d’identité. Je me rendis dans mon véhicule, totalement sinistré, pour prendre mon portefeuille que j’avais rangé dans la boîte à gants. Mais j’avais beau chercher. Rien, nada. La famille maghrébine autour de ma voiture, mon portefeuille disparu, leur empressement à l’arrivée de la police : mon esprit ne fit qu’un tour. Un mauvais tour. Et mon sang aussi. “ Au voleur! ” avais-je envie de crier. C’est un policier qui me ramena à la raison. Il a refouillé avec moi la voiture. Et il retrouva mon portefeuille sur la plage arrière où la violence du choc l’avait propulsé. J’ai pourtant un oncle marocain et un très bon ami syrien, mais mon esprit avait fait le raccourci inacceptable “ maghrébin = voleur ”. Dix ans après l’accident, j’ai toujours honte en pensant à ma réaction qui était primaire. Primaire, comme le sont bel et bien les préjugés.

(1) Chronique parue, sous mon pseudo Vintje, dans l’édition de Nord Eclair du 28 décembre 2008, sous le titre « les Propos du Dimanche », imaginés par Luc Parret, alias Eleph. Le dessin original est de Serdu.